Savoir faire


Le feutre, tout en étant un support brut, primaire, est aussi une matière qui offre la richesse et la liberté de création. Il se prête bien à l’expression plastique et ouvre des possibilités à la création contemporaine. De ce fait, je cherche toujours à enrichir mon travail en transposant d’autres techniques de création sur cette matière. 

Je travaille beaucoup avec des supports transparents ou ajourés, en combinant différentes textures, en incrustant à la laine d’autres fibres animales ou végétales, des morceaux d’étoffes, des pièces coupées, cousues ou moulées dans la masse. Ce mariage d’une technique ancestrale avec des matériaux modernes me permet d’accéder à des innovations esthétiques originales. J’essaie ainsi de donner à voir comment, à partir de la matière la plus grossière, de la simple laine de mouton, et des couleurs primaires, on peut parvenir à créer des objets infiniment féminins et délicats.

Le procédé de fabrication du feutre consiste à presser la laine mouillée et savonnée. C’est un travail qui demande beaucoup d’efforts physiques, ainsi qu’une technicité et une connaissance qui ne peut s’acquérir qu’après plusieurs années de pratique.

Il s’agit de modeler le tissu tout en maîtrisant sa contraction et sa dilatation. L’apprentissage de la peinture et de la sculpture durant mes études aux beaux-arts m’aide énormément à manipuler cette matière tout en préservant ses nuances et sa texture.

J’ai parfois l’impression de tisser, peindre et sculpter tout à la fois !